Artikel

Se loger est un droit fondamental !

Priorité absolue à la construction par les services publics de logements locatifs a prix abordables

Schriftgröße fontsizedown
fontsizeup

E-mail

Drucken Drucken

Vergrößern

25/09/2020

Se loger est un droit fondamental mais, au Luxembourg, le logement est devenu, sous les auspices capitalistes, une marchandise qui sert à générer beaucoup de profits. Des riches construisent des logements pour nantis alors que beaucoup de gens à faible revenu ne trouvent pas de logement à prix abordable, et que les gens à salaire moyen doivent s’endetter, pour des dizaines d’années, pour pouvoir s’acheter un logement.

Deux problèmes rendent la vie difficile à un nombre toujours plus important de personnes : le manque de logements à prix abordable, et le coût beaucoup trop élevé des loyers.

Voilà pourquoi le KPL se mobilise pour…

– la construction, par des services étatiques et/ou communaux, d’un parc locatif de 50.000 logements, en vue de remédier à la situation actuelle

– limiter les loyers dans le parc locatif public à 10% du revenu des locataires

– un impôt sur la spéculation, augmenté d’année en année, pour les propriétaires qui laissent un logement inoccupé durant plus de deux ans, avec une offre alternative de gestion et de location du logement par une commune ou l’Etat, moyennant un loyer au propriétaire

– une aide échelonnée, en fonction du revenu et de la superficie du logement, aux locataires dans le parc locatif privé, ce qui n’est pas le cas avec la subvention loyer actuelle

– la création d’une réserve publique de terrains à construire, et l’introduction d’un impôt sur la spéculation sur les terrains à construire, correspondant à l’augmentation effective du prix de ces terrains

– une réforme de la loi sur le bail à loyer, visant à imposer une réduction sensible du prix au mètre carré pour tous les logements construits avant 1960, et/ou d’une surface habitable inférieure à 100 m2

– la limitation quantitative de la propriété de terrains et de logements, pour les entreprises et les particuliers, et l’interdiction générale pour les «fonds d’investissement» d’acheter des terrains à bâtir et des logements à des fins spéculatives

– la création de services communaux au logement faisant aussi office d’agence de location de logements

– la généralisation du bail emphytéotique et du système «location/achat»

– une augmentation des aides étatiques liées au revenu, pour construire soi-même une maison unifamiliale, ou pour la construction ou l’achat, en copropriété, d’un appartement d’une surface habitable inférieure à 100 mètres carrés.

Parti Communiste Luxembourgeois (KPL)